J'ai une permission de mercerdi matin à jeudi soir, vraiment pas beaucoup.

Jeudi dernier on avait oublié de venir me chercher, j'attendais... finalement mon père a appelé ma marraine qui a appelé l'hôpital, qui m'a envoyé un taxi... non conventionné, résultat j'ai dû payer plus de 60€ la course.

Tout ça pourquoi, la semaine s'est écoulé lentement, dans un univers sordide, où les patients sont agressifs et quémandeurs; ils voudraient toujours que je leur donne de l'argent ou des cigarettes.

Vivement que cela soit fini.

Aujourd'hui je suis venu en taxi, sans avoir à payer. Mais il m'a afait attendre jusqu'à 11h alors qu'on m'avait dit 9h.

Que de temps perdu, et ce n'est pas fini, à 16h il faut que j'aille au CMP voir les infirmières, je ne sais pas à quoi cela sert.

Avec tout ça je n'ai pas eu de temps à consacrer au deuil; ça tout le monde s'en fiche, mon père se sent seul, alors il dort.

Je crois que je n'ai pas raconté comment j'ai appris la mort de ma mère, c'est ma marraine qui m'a téléphoné à l'hôpital en commençant par me dire qu'il y avait eu un grave problème chez moi, j'ai pensé, un incendie, où un malaise pour mon père où une fugue de chat.

Bref, pour moi ma mère était partie pour vivre cent ans, et bien non, c'est pour l'au-delà, si on y croit, qu'elle est partie. Comme si elle en avait eu assez de vivre sans pouvoir rien faire.

Après c'est le choc, l'église, les fleurs, le cimetière, c'est ma soeur qui a dû s'occuper de la plupart des choix, et d'envoyer plein de faire-part; on a fait sobre,Monsieur..., son époux, Mademoisellle... et Mademoiselle..., ses filles

Pas beaucoup de famille, celui des frères de mon père qui est encore en vie est venu avec sa femme, mes deux tantes étaient en voyage, ma mère était fille unique, elle n'a que de lointains cousins, à la messe il y avait aussi quelques amis, dont ma marraine, son amie de toujours, des voisins...

Je crois que j'étais trop en état de choc pour pleurer.