Je suis à la maison jusqu'à dimanche, parce que j'ai le droit d'aller voter, mais j'aurais toujours l'hôpital de jour, enfin demin c'est len1er mai, férié, c'est toujours ça de pris.

En arrivant suis alléefaire les courses, et puis j'ai dû aller au CMP voir la psychiatre.

Je me demande si un jour je serai vraiment libre. Car pour le moment je me sens prise dans une toile d'araignée.

Les semaines suivantes je sortirai le lundi pour revenir le jeudi, et quand je sortirai enfin il y aura tout le temps l'hôpital de jour, ennuyeux et pénible d'accès, Vé me dit que je ferais mieux d'y aller à pieds, mais j'ai peur que cela fasse loin, et aussi de me perdre.

En plus on veut me faire sortir le lundi matin, mais à l'aube, je ne pourrais même pas me laver et prendre de petit déjeuner, tout ça pour être à l'accueil de l'hôpital de jour le lundi matin, c'est de la folie. Il faudrait ne pas avoir de corps pour résister.

J'en ai assez!