Et non, l'idée de retourner chez les fous dimanche me glace, en plus je viens de lire un article sur les morts que faisait la psychiatrie, par négligence, et bien, je suis plus en sûretée chez moi, cela c'est certain, déprimée ou pas, parce que pour être déprimé dans un hôpital psychiatrique... si on ne l'est pas en y rentrant on le devient très vite.