Je suis allée voter en début d'après-midi, c'est un peu une corvée, mais je me dit qu'il faut que je le fasse, et puis je suis libre, pour la présidentielle j'avais eu une permission spéciale, maintenant je peux y aller à l'heure que je veux.

Mais dès demain, la liberté est en berne c'est hôpital de jour y aller, et tôt, pour rien, m'épuise rien que d'y penser.