J'avais rendez-vous successivement avec la psychiatre et avec la psychologue du CSAPA, c'est Sandra qui m'emmenait, elle est arrivée tôt et a commencé par faire du ménage, Miranda était perchée sur les valises, Agathon est venu lui aussi, il avait passé la nuit dans son landau et était reparti tôt ce matin et je ne l'avais pas encore vu de la journée.

La psychiatre m'a parlée du baclofène, cela ne fait pas longtemps qu'elle sait qu'il y a une restriction mise dessus, moi, je le sais depuis bien plus longtemps, je lui ai dit que j'avais signé la pétition contre cette restriction, elle a eu l'air assez impressionné! Elle m'a aussi appris une chose intéressante, quand j'ai été hospitalisée en psychiatrie à la demande d'un tiers, parce qu'on avait fait pression sur ma famille en lui disant que si elle n'acceptait pas ce serait l'hospitalisation d'office, et bien, on n'avait pas le droit, pour une hospitalisation d'office, il eut fallu que j'eusse commis un trouble à l'ordre public ou un délit, or ce n'était pas le cas! Donc ma soeur aurait pu refuser de signer et comme je ne voulais pas y aller, cela aurait dû en rester là!

La psychologue m'a reparlée de la présentation qu'elle devait faire de l'atelier d'art thérapeutique, elle utilise mon cas comme exemple, mais on ne saura pas qui je suis, elle m'appelle "madame A".

Quand je suis rentrée avec Sandra, un chat s'est échappé, je m'apprêtais à courir derrière, croyant que c'était Miranda, mais non, c'était Agathon.

Ce matin, le chat noir et blanc était dans le jardin, puis il a traversé l'appartement et il est parti par la fenêtre de la cuisine.

Les chats hier.

Photo 1648

Photo 1649

Photo 1650

Photo 1651

Photo 1652